Éloge à la délicatesse et la finesse

Le chapeau de Panama, malgré son nom, ne vient pas du Panama mais bien de l'Équateur. Il doit son nom à son utilisation lors de la construction du Canal de Panama par les ouvriers pour se protéger du soleil harassant grâce à la fraîcheur et à la légèreté de sa matière. Les Équatoriens préfèrent, aujourd’hui encore, l’appeler par son nom d’origine, le Sombrero fino de paja toquilla (Source: Legend of Panama).


Lors de notre récent séjour, nous sommes allés à Montecristi, une ville de l'Équateur réputée pour l'art de tisser des chapeaux de Panama. Un art reconnu comme Patrimoine Immatériel de l’Humanité soulignant ainsi un savoir-faire traditionnel perpétué de générations en générations. Les chapeaux Panama de Montecristi sont reconnus pour être les plus fins, les plus légers, avoir le tissage le plus serré et le point le plus régulier. On dit même que le Montecristi est tissé tellement fin qu’il est imperméable.


Le Montecristi se tisse debout penché sur son ouvrage, un peu comme on se penche sur son passé. Le travail ardu demande de la délicatesse et de la finesse. De fins filaments qui s'entrecroisent pour former à son sommet une rosace. Il se passera des semaines voir de mois pour que naisse des mains habiles, un objet d'art et culturel unique, un emblème de fierté pour les Équatoriens.
















38 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Un monde