L'étincelle

Dernière mise à jour : oct. 3


La vérité est que l’homme met dans les objets à la fois le meilleur et le pire de lui-même afin qu’ils les lui restituent. Serge Tisseron


Sur ma table de travail, repose un chandelier de fer forgé. Avec le temps, l’oxygène s’est lié au fer pour créer une nouvelle substance: l’oxyde de fer. C’est le terme scientifique pour la rouille. Heureusement, ce n’est qu’en surface. Il est encore solide et très gracieux. Il est né de l’imagination et des mains habiles de mon grand-père maternel, Almanzor Choquette.


Almanzor était forgeron de métier. Il créait toutes sortes d’objets: des rampes d’escalier, des balustrades, des balançoires, des colonnes, des tables, des divans, des lampes, des cendriers sur pied, des miroirs, des chandeliers. Il ne faisait pas qu’assembler le fer, il l’ornementait de détails à l’aide d’un poinçon. Un travail minutieux qui demandait du temps et de la précision. Il dessinait lui-même ses croquis dont nous n’avons malheureusement plus la trace.


Almanzor ne parlait pas beaucoup. Lorsqu’il travaillait le fer, il était sérieux et concentré. C’est donc à distance que je l’observais dans le garage de mon père où on lui avait installé un poêle à bois. C'est là qu'il faisait rougir d’envie le fer et l’obligeait à coup de marteau à tourner sur lui-même, contre sa nature. Lorsque le marteau frappait l'enclume, des étincelles jaillissaient comme des centaines de mouches à feu. Une fois le fer tourné à sa satisfaction, il le plongeait dans l’eau qui frétillait à son contact. Les différents morceaux étaient ensuite assemblés en les soudant les uns aux autres; le métal en fondant s’unissait pour former un objet unique qui allait avoir sa propre existence.


Nous avons conservé quelque-un des objets qu’il a fabriqués. Certains font partie de nos vies quotidiennes tandis que d’autres sont entassés dans les greniers en attente de leur sort. Ces objets sont uniques; jamais personne ne les refera à sa manière. Est-il donc possible que ces objets composés d’atomes transformés perdurent à travers le temps st si oui, sont-ils les mêmes à chaque époque?


Dans son livre « Comment l’esprit vient aux objets », le psychiatre Serge Tisseron soutient que tous les objets fabriqués par l’homme sont porteurs d’une mémoire puisqu’ils transmettent une technologie et un savoir-faire entre les générations; ils sont de formidables réserves à mémoire. Il a, par ailleurs, l’intime conviction qu’entre les objets et les êtres humains existe une espèce de partenariat: "Au fil des générations, ces objets précieux sont tantôt porteurs de bénédictions tantôt de malédictions. "


Entre le chandelier et moi, il y a tous ces souvenirs tissés de fils invisibles qui le soir venu, sont doucement éclairés par une chandelle dont la flamme me rappelle les étincelles jaillissantes d'autrefois.




7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Un monde