L'hiver à regret

Dernière mise à jour : 21 août 2019

"Pendant que sous l'étang, la mémoire des fleurs dort sous son toit de glace" Gilles Vigneault


Je n'ai jamais réussi à apprivoiser l'hiver. Tel un animal farouche, je reste sur le pas de la porte, renifle l'air et retourne me réfugier à l'intérieur broyer du noir.


Je ne suis pas nordique et je n'embrasse pas ma "nordicité". Je suis une fille de printemps, de jonquilles et de bourgeons.


Il m'arrive quand même d'en apprécier certains aspects : les promenades en forêt pendant la neige tombante, la lenteur des gestes et des pas, la tempête de neige qui crée le chaos dans nos vies trop organisées, le pot-au-feu et la buche qui rougit, les arbres nus et leur droiture malgré le poids de la neige sur leurs épaules. Et la flamme des bougies qui fait naitre la poésie.


Il y a une certaine forme de courage à affronter ce monstre de froidure armé de mitaines et d'une tuque !


Mais tout ce blanc finit par m'angoisser. Cette neige qui recouvre tout de sa blancheur immaculée, comme pour nous envelopper dans son funèbre linceul. Son poids se fait lourd et son silence forcé est assourdissant. Et ce vent qui poudre le paysage tel le visage d'une marquise esseulée sur sa banquise.


Je sais bien que la vie n'est qu'endormie sous l'igloo et que tôt ou tard le perce-neige vaincra sa peur. Mais d'ici là, j'attendrai le printemps au coin du feu, une plume à la main.





I never managed to tame the winter. Like a fierce animal, I stay on the doorstep, sniff the air and go back inside to mop up the darkness.


I am not Nordic and I do not embrace my "Nordicity". I am a girl of spring, daffodils and buds.


I still enjoy some aspects of winter: the walks in the forest during the falling snow, the slow pace and steps, the snowstorm that creates chaos in our lives too organized, the pot-au-feu and the blushing log, the bare trees and their uprightness despite the weight of the snow on their shoulders. And the flame of candles that gives birth to poetry.


There is some form of courage to face this cold monster armed with mittens and a tuque!


But all that white ends up worrying me. This snow covers everything with its immaculate whiteness, as if to envelop us in its funeral shroud. His weight is heavy and his forced silence is deafening. And this wind that powdered the landscape like the face of a Marquise lonely on its ice floe.


I know that life is only asleep under the igloo and sooner or later the snowdrop will overcome its fear. But by then, I'll wait for spring by the fireside, a feather in my hand.


64 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La joie