L'ours mal léché / An uncouth bear

Dernière mise à jour : 2 juil. 2020

Depuis quelques jours déjà, nous sommes entrés dans le cercle de feu. Les dragons des territoires voisins n’en finissent plus de s’enflammer. Nous avançons à tâtons dans un brouillard toxique et dense duquel émerge à l’occasion des silhouettes fantomatiques. Les montagnes se cachent derrière un écran de fumée et les touristes que nous sommes n’y voient que du feu. Chaque été maintenant, l’intensité des feux augmente; phénomène naturel de régénérescence des forêts, il est devenu un phénomène destructeur. Comme les fakirs, nous devrons apprendre à marcher sur les braises. 


Mais ce-matin, le voile s’est peu à peu levé laissant entrevoir des promesses de beauté divine. Nous sommes partis tôt vers le sentier du Canyon Maligne; un nom intéressant. Le sentier était étroit et haut perché et tout en bas, l’eau dévalait à une vitesse folle. 



On ne cessait de nous avertir des risques de rencontres fortuites avec l’ours; nous le craignions autant que nous le souhaitions. Il nous fallait donc faire du bruit pour éviter de les surprendre en flagrant délit. Mais, si jamais d’infortune on les surprenait en train de manger tranquillement leurs baies et qu’ils en soient au plus haut point irrités, et bien surtout ne pas fuir en courant, ils en seraient vexés. Susceptibles ces ours.


For some days now, we have entered the circle of fire. Dragons from neighboring territories never stop igniting. We grope our way through a toxic and dense fog from which ghostly silhouettes emerge. The mountains hide behind a screen of smoke and the tourists that we are there see only fire. Every summer now, the intensity of fires is increasing; natural phenomenon of forest regeneration, it has become a destructive phenomenon. Like fakirs, we will have to learn how to walk on embers. But this morning, the veil gradually rose, revealing promises of divine beauty. We left early for the Maligne Canyon Trail; an interesting name. The path was narrow and perched high, and at the bottom, the water ran down at a crazy speed. We were constantly warned of the risks of chance encounters with the bears; we feared them as much as we wished to see one. We had to make noise to avoid catching them in the act. But if ever misfortune they were surprised to eat quietly their berries and they are at the most irritated, do not run away, they would be upset. There are susceptible these bears.

57 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout